Gaza: un laboratoire et une exposition pour la technologie militaire israélienne

01.07.2018

Categories: Embargo militaire

Un nouveau rapport de militants israéliens sur la technologie et les armes déployées par l'armée israélienne dans la répression de la "Grande marche du retour" palestinienne dénonce le fait que la bande de Gaza est considérée comme un " laboratoire et une salle d'exposition " pour les fabricants d'armes du pays.

Le rapport a été produit par la Coalition des femmes pour la paix (CWP) et le projet de l'organisation Hamushim, qui " s'efforce d'exposer le véritable prix humain de l'industrie militaire et du commerce des armes israéliens, ainsi que de mobiliser des actions contre eux ".

Selon la Coalition des femmes pour la paix :

Les opérations militaires israéliennes à Gaza au cours de la dernière décennie ont été particulièrement rentables pour les industries militaires du pays.

"Les entreprises privées et le gouvernement israélien utilisent Gaza pour tester de nouvelles armes et technologies ainsi que des nouveaux moyens de les commercialiser sur la base de leur succès opérationnel."

Le rapport indique que " la Grande Marche du retour a donné l'occasion à Israël de présenter sa technologie avancée de drones dans un nouveau cadre ", ajoutant qu'" Israël a longtemps été un exportateur majeur de drones ".

Répression à distance : Israël a testé ses dernières armes contre la Grande Marche du retour.

En particulier, "un nouveau drone à gaz lacrymogène,'Sea of Tears', du nom d'une célèbre chanson à succès, a été introduit. Il aurait été conçu spécifiquement pour être utilisé à Gaza."

L'utilisation des drones par les forces israéliennes s'inscrit dans un modèle mondial", déclare la Coalition des femmes pour la paix. "Bien qu'elle vise aujourd'hui principalement les Palestiniens, une technologie similaire sera probablement commercialisée et vendue pour opprimer d'autres [peuples] dans le monde entier.

En plus des drones à gaz lacrymogène, le rapport se penche sur l'utilisation des drones par l'armée israélienne " pour tirer sur des groupes de Palestiniens alors qu'ils s'organisent pour se défendre contre l'agression israélienne ".

"De tels rapports sont particulièrement remarquables ", déclare la Coalition, car même si les militaires " continuent de nier l'utilisation de drones tueurs, ils sont fiers des progrès de leur flotte de drones, qui ne cesse de croître ".

L'armée israélienne a l'intention de dépecer et d'occuper une partie de la bande de Gaza.

Selon les recherches de Hamushim, "l'arme de choix utilisée contre la Grande Marche du retour était le fusil américain Remington M24, qui est connu pour tirer sur des cibles jusqu'à 800m de distance".

En outre, "les pathologistes forensiques d'Amnesty International et les experts militaires ont également identifié des blessures causées par les fusils Tavor, fabriqués par l'industrie des armes israélienne (IWI), avec des munitions de calibre 5,56 mm. Ces balles laissent souvent des blessures de sortie qui s'étendent jusqu'à 15 cm et infligent un maximum de dommages aux tissus."

Le rapport note qu'en 2014 Eli Gold, un cadre supérieur de l'IWI, a déclaré au journal The Marker : "Après chaque opération du type de celle qui se déroule actuellement à Gaza, nous constatons un grand bond en avant dans le nombre de clients étrangers. Nous commercialisons agressivement à l'étranger, mais les actions de l'IDF (armée israélienne) ont un effet certain sur notre travail."

Pendant ce temps, Magal Security Systems a " construit la clôture autour de Gaza pour imposer le siège brutal ". Dans une interview de Bloomberg publiée le 11 avril, Saar Koursh, alors PDG de Magal, a expliqué avec enthousiasme que "Gaza est devenue une salle d'exposition pour les " clôtures intelligentes " de l'entreprise, car les clients apprécient le fait que les produits soient testés au combat.

Le rapport conclut que les militaires israéliens " ont fait des choix délibérés pour tuer et blesser de façon permanente un nombre considérable de civils palestiniens ", la répression de la marche fournissant également " aux militaires une plate-forme pour introduire et présenter l'utilisation des drones comme le choix stratégique du présent et de l'avenir ".

Lire l'article de Middle East Monitor

Lire le rapport

 

Retour

© BDS Suisse