« Vous êtes-vous demandé pourquoi Israël soutient un événement comme le Pop-Kultur Festival? »

14.08.2019

Categories: Boycott culturel

Lettre aux musicien-ne-s suisses qui se produisent cette année au Festival Pop-Kultur à Berlin.

 

Vous vous produisez cette année au Festival Pop-Kultur de Berlin. C’est très certainement une grande opportunité pour vous, mais nous vous demandons tout de même d'annuler votre prestation.

Le festival présente un programme ouvert et progressiste, dans lequel le féminisme et « l'identité post-migrant » sont discutés et « les marginalisés ont leur mot à dire ». Mais ces voix sont-elles aussi entendues par la direction du festival elle-même ? Depuis des années, les Palestinien-ne-s, les Israélien-ne-s progressistes et les organisations juives pour la justice appellent le festival à cesser sa coopération avec l'Etat d'Israël. Dans une déclaration de la Campagne palestinienne pour le boycott culturel et académique d'Israël (PACBI), on peut lire : « L'apartheid, l'occupation et le régime colonial d'extrême droite d'Israël camoufle son oppression des Palestiniens par la culture – et justement par des partenariats avec des festivals prétendument progressistes ».

Comme les années précédentes, le festival sera à nouveau soutenu financièrement par la représentation officielle israélienne en Allemagne. Vous êtes-vous demandé pourquoi un pays comme celui-là soutient un événement comme le Pop-Kultur Festival? Nous estimons que le fait d’accepter un soutien de la part d'un Etat qui maintient une occupation illégale aux yeux du droit international, dont les militaires prennent pour cibles des civils, le personnel paramédical et les journalistes dans la bande de Gaza, et qui traite même les Palestinien-ne-s en Israël comme citoyens de seconde classe, est carrément aberrant.

De nombreux artistes sont du même avis. Ces deux dernières années, John Maus, Richard Dawson, Gwenno, Shopping, Oranssi Pazuzu, Young Fathers et d'autres ont annulé leur participation au Festival de la Culture Pop parce qu'ils prenaient au sérieux la voix des Palestiniens. En boycottant un événement soutenu par l'Etat israélien, ils se montrent solidaires des opprimés et refusent de se rendre complices du blanchiment des violations des droits humains.

La voix des artistes a à maintes reprises joué un rôle important pour mettre fin aux injustices. Dans les années 1980, de nombreux artistes ont refusé de se laisser entraîner dans la propagande du régime sud-africain. Par leur engagement, ils ont apporté une contribution décisive à la fin de l'apartheid. Aujourd'hui, des milliers d'artistes élèvent la voix pour défier le régime répressif israélien : Lorde, Massive Attack, Lana Del Rey, Of Montreal, Kate Tempest et plusieurs autres musicien-ne-s ont annulé des concerts en Israël en réponse à l’appel au boycott palestinien. En Suisse aussi, plus de 100 artistes, dont Evelinn Trouble, Jeans for Jesus, La Gale et Heidi Happy, ont récemment critiqué le régime d'occupation israélien en signant la pétition « No Song for Apartheid » et appelé au boycott du concours Eurovision en Israël.

Un boycott est un signal clair de la part d'artistes qui n'acceptent pas l'oppression et les violations des droits humains. Cela vaut également pour les festivals et les organisateurs et organisatrices qui maintiennent leur coopération avec les institutions officielles israéliennes. Ceux qui tolèrent l'occupation et l'apartheid ne sont pas non plus des partenaires pour un « dialogue ».

Nous vous demandons donc instamment d'annuler votre représentation au Festival de la culture populaire de cette année jusqu'à ce qu'il cesse d'être soutenu par l'ambassade d'Israël.

 

Liens vers d'autres déclarations :

PACBI

Artistes israéliens

Boycott from Within (citoyen-ne-s israélien-ne-s qui soutiennent le boycott d'Israël)

Berlin against Pinkwashing

La voix juive pour une paix juste au Moyen-Orient et Jewish Antifa Berlin (2018)

La voix juive pour une paix juste au Moyen-Orient (2019)

Retour

© BDS Suisse