Israël et son tourisme de guerre

26.08.2017

Categories: Embargo militaire

Le 11 juillet 2017, Haaretz a publié un article de Judy Maltz sur le fait que depuis 8 ans, d'anciens soldats de l'armée israélienne avec l'aval des autorités proposent à des touristes des stages sur les techniques antiterroristes dans une colonie. Cette information a été reprise par plusieurs journaux francophones, dont Le Temps du 27 juillet. L'académie militaire où se déroulent ces stages, Caliber3, se situe en territoire occupé à Gush Etzion, un groupe de colonies israéliennes situé en Cisjordanie, au sud de Jérusalem. Pour une centaine d’euros, un touriste de plus de 18 ans peut y suivre, pendant quelques heures, un stage de tir avec des armes réelles, sous l’égide d’un instructeur qui fait partie de l’armée de réserve israélienne; les stages pour touristes représentent 40% de l'activité de ce centre de formation, initialement monté pour les professionnels. D'après le responsable, il draine plus de 20 000 personnes par an.

En plus de l’aspect politique, la banalisation de la violence et l’utilisation de l’expertise militaire à des fins touristiques ne semblent pas choquer : le PDG de Caliber 3, Sharon Gat, a même été invité au programme économique de la chaîne israélienne Channel 11 pour parler entreprenariat. Contacté par France 24, Ron Shatzberg, ancien colonel de l’armée israélienne et chef d’une unité d’infanterie, "ces gens veulent se faire de l’argent en profitant de l’intérêt du public pour l’armée israélienne, et alors ? On ne peut pas nier qu’il y ait un intérêt de plus en plus vif pour la sécurité et la lutte anti-terroriste en raison de ce qui se passe dans le monde. Après tout, ces touristes sont libres d’aller dans ces camps. Pour moi, ce n’est pas plus grave que les batailles de paintball auxquelles on joue partout ailleurs !"

"Nous combinons ainsi les valeurs du sionisme avec l'excitation et la jouissance du tir, qui rend l'activité plus significative", est-il expliqué sur le site Internet du camp d'entraînement. "Du fait de notre connaissance de ce programme de tir, les participants vivent un apprentissage différent et très original qui ne peut être expérimenté nulle part ailleurs, sauf sur le champ de bataille", ajoute-t-il.(...)

-----------

Nous vous invitons à signer l'initiative du Groupe our une Suisse sans Armée (GSSA) contre le commerce de la guerre. Elle prévoit d’interdire le financement de l’industrie de l’armement par la Banque nationale suisse, les fondations, ainsi que les institutions de prévoyance publique et professionnelle. Pour en savoir plus et pour télécharger les formulaire pour les récoltes de signatures, rendez-vous sur le site du GSSA

Retour

© BDS Suisse